FR
FR

Partir en road trip avec un bébé

Paloma et Jérémie ont réinventé leur façon de voyager avec l’arrivée de leur bébé. Témoignage d’une micro-aventure en van avec un enfant en bas âge.

Partir en road trip  avec un bébé

Un enfant, et tout change?

Avec mon mari, nous sommes piqués par le voyage. 
L’envie de découvrir d’autres horizons, de partir à la rencontre d’autres cultures, de confronter nos certitudes à d’autres façons d’appréhender le monde… 
C’est quelque chose qui nous anime depuis longtemps.

Et si nous savons apprécier le luxe d’un lit confortable, d’une douche chaude, d’un repas servi dans un restaurant; nous aimons aussi la liberté de voyager simplement. 
Comme si, affranchis du confort du quotidien, nous étions bien plus capables de nous reconnecter avec ce qui importe vraiment.
C’est ça, pour nous, la meilleure vie.
Celle avec des émotions, celle avec du relief.

Et puis, nous avons grandi… oui, oui, on peut dire “grandi” quand on se connaît depuis le lycée… mais la soif d’aventures ne s’est pas tarie. 
Loin de là. 
Pour nous, les amoureux des grands espaces et de la contrainte zéro, c'est paradoxalement lors d’un voyage en sac à dos, que l’envie d’avoir un enfant est née.

Je voyais ces familles découvrir le monde ensemble et partager des souvenirs incroyables, je voyais ces enfants curieux, émerveillés par leur découvertes, et sages aussi...et j’ai là compris. 
Avec un enfant, la vie change, on ne va pas se mentir. 
Mais, est-ce qu’on ne peut “plus rien faire” pour autant ? 
Bien sûr que non. 
On s’adapte, tout simplement.

L’envie d’un enfant, oui, mais pas celle de se “ranger” pour autant. 
Je voulais, moi aussi, partager ces instants magiques avec une famille...avec ma famille. Je ne me voyais pas “maman”, avec toutes les responsabilités qui vont avec, mais j’avais très envie de devenir “parent”, partenaire de mon chéri. La nuance est très subtile, et pourtant, c’est celle qui me parlait très personnellement.

J’ai eu besoin de voir “ailleurs”, pour construire ma parentalité “ici”. C’est un cheminement personnel.
Là où certaines personnes ne veulent (et ne voudront jamais) d’enfants, pour d’autres, il s’agit d’un accomplissement. J’étais dans cette zone grise, voguant entre deux eaux.
Et c’est quand j’ai compris qu’il suffisait de suivre son fonctionnement propre, que je me suis affranchie des contraintes que je me posais. Alors j’ai gardé ma vieille voiture, aussi petite soit-elle, parce que je ne voulais pas tout changer dans ma vie. J’ai porté mon fils dans une écharpe de portage, parce que je me sentais bien avec cette façon de faire. Et puis, surtout, nous avons continué à voyager… autrement. Enfin, presque.

Voyager avec un bébé, c’est possible?

On ne s’imaginait pas partir à l’autre bout du monde avec un bébé de 2 mois. Comment allait se passer le vol? Est-ce que la pression du décollage et de l’atterrissage ne serait pas trop importante pour un bébé si petit? Et s’il tombait malade? Et les vaccins? Pour le reste du quotidien, on partait du principe que, partout dans le monde, des enfants naissent et grandissent, alors on trouverait bien ce qu’il faut sur place… A la remarque “Il ne se souviendra de rien. Ça ne sert à rien de voyager avec un enfant aussi petit”, on répondait simplement que ce n’était pas pour lui qu’on le faisait. Savoir penser à soi, et être bien dans ses baskets, c’est important aussi.

Et puis, de fil en aiguille, on a choisi de faire les choses plus simplement. Parce que, la simplicité pour nous, ça reste synonyme de liberté. Sans compter qu’on a une chance inouïe, en France, d’être très bien loti, avec des paysages hyper variés à couper le souffle. Pas besoin de partir loin pour vivre quelque chose de grand. Au passage, c’était l’occasion de présenter le petit dernier à notre famille éloignée.

Partir en road trip  avec un bébé

Louer un van

Nous voilà parti à la recherche d’un van pour un road-trip dans notre beau pays. C’est très simple,  il suffit de taper “location van” dans son moteur de recherche pour trouver des sites spécialisés ou des annonces entre particuliers.
Ce qui nous fait vibrer, nous, ce sont les vieux véhicules très “instagrammables”. Il réveille notre imaginaire à coup sûr. La photo cliché avec le coucher de soleil, si possible avec les planches de surf posées dessus. Voilà, on y est. Il suffit de se le représenter pour se sentir un peu en vacances. C’est quand même fort ce pouvoir de l’imagination.
“Mais comment vous allez faire sans la clim’?” “Ben, pareil que nos parents à l’époque…”
Inconscients, insouciants… Sans doute. Mais heureux avant tout.

Et puis, ce road-trip, c’était aussi un prétexte pour continuer à bouger tout en créant notre cocon. Parce qu’on n’était pas prêt à renoncer à nos envies de découvertes et à notre dose d’émerveillement. C’était l’occasion rêvée de tisser un lien fort avec notre bébé en dehors du quotidien.

Ensuite, on a imaginé notre parcours, comme on l’aurait fait pour un pays étrangé. On aime bien savoir un peu en avance où on va aller, et ça nous permet aussi d’être déjà un peu en vacances avant le départ.

Ce qu’on n’avait pas du tout prévu, en revanche, c’est le coefficient “sympathie” de folie qu’apporte le combo magique “vieux van X bébé”. La bonne surprise! Presque l’un des meilleurs souvenirs de ce road-trip.

Partir en road trip  avec un bébé

Comment voyager avec un bébé de 2 mois en van?... Quelques conseils

Côté pratique, il fallait tout de même qu’on agisse comme des “parents responsables”. Un minimum. Alors, oui, c’est sûr, on avait un peu plus que deux sac à dos à porter:
- Une petite baignoire pliable: de l’eau chauffée dans une casserole, mélangée à de l’eau froide, et hop! c’était parti pour l’heure du bain. De notre côté, on installait simplement une douche solaire et une cabine à côté du van pour nous laver.
- Un couffin qu’on posait à nos pieds, au sol, pour la nuit: pas de risque de chute ou d’étouffement, confortable pour notre mini, et ça ne prenait pas de place.
- Un porte bébé souple ou une écharpe de portage pour les petites randonnées.
- Une petite tente de plage ou un tarp pour s’assurer d’avoir toujours un coin à l’ombre pour notre bébé.
- Un plaid pour des pic nic tout confort, mais aussi pour pouvoir changer la couche de votre mini n’importe où.
Pour le reste du matériel de jeunes parents, rien de bien différent du quotidien… Il faut simplement trouver l’organisation qui vous convient le mieux. C’est propre à chacun.
Si vous prenez des biberons, sachez juste que ça peut être utile  de prendre des boîtes compartimentées pour le lait en poudre, cela vous évitera d’être trop chargés lors des balades.

Deuxième très bonne surprise de ce voyage: la facilité d’un road-trip avec un bébé si petit!
On était parti assez serein, c’est vrai. Et ça a certainement contribué au bon déroulé du parcours. Mais on n’imaginait pas pour autant que ce serait si simple.

A 2 mois, un enfant dort encore beaucoup. Certes, pas forcément aux horaires qu’on souhaiterait et de manière entrecoupée, mais quand même. C’est donc assez simple de bouger. A moins que l’on fasse partie de ces parents chanceux? Si sa couche est propre, que ses parents sont disponibles, qu’il mange à sa faim… 

Il est simplement important de penser à faire des pauses régulièrement. On voyage, oui, mais plus lentement. On prend le temps.

Partir en road trip  avec un bébé

Comment organiser son trip en van?

Côté organisation, on est resté simple. En dehors du trajet approximatif qu’on avait imaginé au départ, on vivait au jour le jour. Au gré de nos envies, c’est chouette aussi.

Restau, pic nic, cuisine avec notre super popote… Et, parce que la place disponible dans le van est limitée, c’était vaisselle dans la foulée pour pouvoir ranger et retrouver de l’espace.
Lessive à la main, en même temps que la douche, qu’on laissait sécher à l’air libre.
Trouver le bon spot chaque soir, au feeling ou à l’aide d’applications dédiées.
Refaire le plein d’eau.
Beaucoup de bonne humeur et de fous rire.
Et chaque jour, de nouvelles découvertes. Des promenades, de petites randonnées. Les yeux toujours écarquillés.

Une vie sans chichi, une vie sans soucis.

Partir en road trip  avec un bébé

LE BILAN

Le van invite naturellement à la lenteur. Il se prête parfaitement à cette parenthèse hors du temps qu’impose l’arrivée d’un enfant dans une vie. On prend les nationales, on profite du paysage. On s’arrête pour prendre une photo, se promener… En montée on avance si lentement que des files se créent derrière nous… Mais le vieux van attire la sympathie, alors nous ne sommes jamais klaxonnés. Parfois, on se range sur le côté, pour laisser les autres véhicules tracer leur route.
La playlist est choisie avec soin, on ouvre les fenêtres pour avoir un peu d’air, laisser le vent s'engouffrer dans nos cheveux, et surtout, surtout, on ouvre grand les yeux! Que c’est beau! Tout est réuni pour que le road-trip soit réussi. On se croirait dans un film.
Et au milieu de tous ces merveilleux paysages, on respire et on construit notre nouvelle vie à trois. Le temps est suspendu, les liens se tissent plus facilement. On devient une famille, on devient des parents. Un nouveau chapitre de notre vie de voyageur s’écrit.

La voilà, la tribu dont j’avais rêvé.