FR
FR

Life si so gourde 
quand on ne jette plus rien

LA SAGA DE LA GOURDE : UNE HISTOIRE DE PLUS EN PLUS DURABLE !

Life si so gourde

Rendre la gourde toujours plus durable : c’est ce que l’on s’efforce de faire, chez Quechua, depuis nos tout débuts. Car un produit si iconique de la randonnée peut avoir un impact très important sur l’environnement. Voilà donc plus de 20 ans qu’on réfléchit aux moyens d’allier légèreté et éco-performance pour améliorer nos gourdes et bouteilles isothermes ou non-isothermes… Une histoire d’eau qui n’a pas fini de nous passionner !

Life si so gourde

PETIT OBJET, GRANDS ENJEUX

Ah, la gourde : un produit de la randonnée en montagne si populaire et familier qu’on a tendance à ne plus voir ce qu’il a d’extraordinaire. Ou à ne pas soupçonner ce qu’il a de complexe en termes de fabrication ! Demandez aux ingénieurs, designers, concepteurs et chefs de produit au sein de notre Centre mondial de création : ils vous diront tous les enjeux techniques, écologiques et organoleptiques qui se cachent derrière chaque gourde et bouteille isotherme issue de nos recherches. De tous les équipements de randonnée, camping et vanlife que nous concevons depuis plus de 20 ans, la gourde est l’un de ceux qui a le plus évolué. Car la quête de la gourde parfaite est sans fin !

Life si so gourde

Gourde aluminium, gourde plastique ou gourde inox ?
QUELLE MATIÈRE CHOISIR POUR UNE GOURDE ?

L’isothermie, c’est la faculté d’un contenant à conserver la température du liquide à l’intérieur. Selon que vous voulez emporter de l’eau potable à température ambiante, ou une boisson très froide ou très chaude dont vous souhaitez conserver plusieurs heures la température, vous ne choisirez pas le même produit. Et cette différence d’usage détermine énormément le matériau de votre bouteille de randonnée.

Commençons par les bouteilles non-isothermes.
Dans cette catégorie, deux matériaux se sont imposés à l’aube des années 2000 : l’aluminium et le plastique. Et un troisième, chez Quechua, nous inspire aujourd’hui beaucoup car il est imbattable en termes de durabilité : l’inox.

Life si so gourde

Parmi ces composants, chacun a ses défenseurs, car en matière de gourde, les goûts et les couleurs jouent un rôle important. Mais ces trois  matériaux ont en commun des qualités qui en font les champions des gourdes non-isothermes : ils permettent de fabriquer des gourdes pour les adultes et les enfants ultra-légères, à des prix très abordables. Grâce à eux, vous pouvez trouver des gourdes Quechua pour quelques euros seulement. Car l’aluminium,  l’inox et le plastique ont l’avantage d’être des matériaux faciles à modeler, qui rendent la fabrication moins coûteuse.

Là où le plastique gagne le match contre l’aluminium et l’inox, c’est en raison de sa transparence : cette propriété des polymères permet de voir le niveau d’eau à travers les parois de sa gourde, et donc de bien mesurer et répartir sa consommation pendant sa randonnée. C’est un argument de taille pour ce mal-aimé des composants industriels qu’est le plastique !

Mais là où le plastique perd, justement, c’est sur le critère d’éco-responsabilité, depuis que ce matériau est unanimement considéré comme un mauvais élève environnemental. 
Une évolution très injuste pour la gourde, à vrai dire, car elle est justement l’objet du quotidien qui a su rendre le plastique durable ! Qui mieux qu’elle, en effet, nous permet de sortir de la logique du « jetable » et de nous passer des bouteilles d’eau à usage unique ? Le sujet « plastique » demande donc pas mal de nuances, quand on se penche dessus. Car à contrepied des idées reçues, ce composant peut s’inscrire dans une démarche de durabilité, à l’image de nos polaires que nous fabriquons depuis 2010 avec des bouteilles de plastique recyclées.

Life si so gourde

quand le plastique devient durable

Avant de juger le plastique, il faut surtout bien savoir de quels produits plastiques on parle : ceux qui sont à usage unique et nous conduisent à jeter, ou ceux qui nous permettent de réutiliser un objet sans fin. Chez Quechua, nous plaçons la durabilité au sommet de tous les enjeux environnementaux, car plus un produit dure longtemps, plus son impact environnemental et son « bilan carbone » seront faibles. Par opposition à la bouteille en plastique, nous considérons donc que la gourde en plastique est déjà une avancée majeure pour transporter l’eau potable. Car quel que soit son composant, une gourde, ça se garde !

Par ailleurs, chez Quechua, on a rendu le plastique des gourdes encore plus durable en utilisant comme composant le Tritan. Grâce à ce plastique incassable (ou presque), la durée de vie de votre gourde ne dépend plus d’un choc reçu. Et le plastique n’a plus pour seul destin possible de devenir un déchet. En plus d’être extrêmement durable, le Tritan possède l’avantage d’être sans arrière-goût. Car dans la conception d’une gourde, il faut aussi tenir compte de critères organoleptiques. Autrement dit, que le composant en contact avec l’eau n’altère pas son goût. Mauvais goût, mauvaise gourde, quoi…

Et puisqu’on parle de sécurité, il est important de rappeler que toutes nos gourdes, chez Quechua, respectent rigoureusement les normes européennes et françaises du contact alimentaire, et ne contiennent donc pas de Bisphénol A conformément à la réglementation en vigueur. Fabien, chef de produits

Refermons ce chapitre sur le plastique. Ou presque…  Vous devez aussi savoir que même dans une gourde en aluminium, il y a du plastique ! Oui, caché à l’intérieur de la gourde. En effet, les normes en matière de produit alimentaire interdisent aux fabricants de mettre en contact direct l’aliment et l’aluminium. Un « vernis alimentaire » à base de polyamide – donc de composant plastique – est ainsi appliqué à l’intérieur de toutes les gourdes en aluminium respectueuses de ces normes. Oui, le plastique, c’est parfois pour une question de sécurité qu’on est obligés d’en intégrer à la fabrication !

En conclusion, quand vous choisissez une gourde non-isotherme , le zéro-plastique est quasi impossible. À moins d’opter pour  une de ces trois solutions :

- revenir à l’époque des outres en peau de vache. Mais ça, désolé, chez Quechua on ne compte pas en développer

- rechercher sur le marché une gourde en verre. Vous y parviendrez car les gourdes en verre existent, par exemple chez notre marque-amie Kimjaly dédiée au yoga avec cette bouteille au design épuré. Mais nous avons fait le choix, chez Quechua, de ne pas explorer cette voie : pour la randonnée, le verre est un matériau trop lourd, et qui se casse trop facilement… Pas judicieux, donc, la gourde en verre en montagne...

- vous enticher comme nous de l’inox, qui compose désormais une partie de nos gourdes non-isothermes (dotées d’une seule paroi) et beaucoup de nos gourdes isothermes (à double paroi).

On passe au rayon isothermie ?

INOX IS BEAUTIFUL

Quand on fait le choix d’une gourde isotherme, capable de garder un liquide très frais ou très chaud pendant des heures, le choix du composant est plus simple qu’en matière de gourdes non-isothermes : le maestro , ici, c’est l’inox avec une construction en double paroi pour permettre de garder la température de son liquide. Très peu sensible à la corrosion, extrêmement résistant et durable, particulièrement hygiénique, l’acier inoxydable a plein de qualités en plus de ses propriétés thermo-isolantes.

Life si so gourde
Life si so gourde

Chez Quechua, on mise de plus en plus sur ce matériau et sur les bouteilles isothermes en général. Et il n’y a pas que nos gourdes qui passent à l’inox ! Popotes, tasses, assiettes… La fabrication de tous nos produits en contact avec des aliments est progressivement impactée par notre travail sur ce composant.

En plus de son impact environnemental très faible, ce qu’on aime dans l’inox est qu’il permet de modeler à lui seul une gourde de A à Z, bouchon et anse de portage compris, à l’image de notre gourde MH500. Et avec ce matériau,  pas besoin d’ajouter un vernis alimentaire en matière plastique à l’intérieur de la gourde, contrairement à ce qu’on a vu avec l’aluminium.