Observer les étoiles

Déposer un commentaire

Loin des pollutions lumineuses des villes, les montagnes sont le lieu idéal pour observer les étoiles et les planètes dans le velours du ciel. Avec une lunette astronomique, ou tout autre système d'observation adapté, et les bons conseils des accompagnateurs du SNAM, découvrez les joies de l'astronomie.

Certains Accompagnateurs en Montagne se sont spécialisés dans l'astronomie. Grâce à des instruments adaptés, ils organisent des "randonnées astronomie" en montagne.

 

Si Galilée inventa la première lunette astronomique, améliorée par Newton avec son télescope réflecteur, certains accompagnateurs utilisent aujourd'hui un télescope beaucoup plus performant et transportable en montagne en mode "sac à dos".

Ce télescope, fabriqué artisanalement et sur mesure en France a été conçu pour l'astronomie itinérante. Il est donc pratique en montagne, mais aussi pendant des treks et séjours lointains dans les montagnes ou les déserts du monde, sites particulièrement favorables à l'observation. Avec son miroir de 30 centimètres de diamètre, il permet, dans l'absolu, un grossissement de 450 fois.

Avant de commencer l'observation, il faut procéder à la collimation du télescope. Cette action consiste à aligner les miroirs entre eux à l'aide d'un laser. Le parfait alignement de l'ensemble conditionne la captation intégrale de la lumière et donc la netteté de l'image observée.

Astre familier, la Lune est ici grossie une centaine de fois. Cette photo la représente à une distance de 4.000 kilomètres, au-lieu des 400.000 kilomètres moyens qui nous séparent d'elle (soit environ 1,28 seconde-lumière). © Erwan LE BERRE

Bien plus éloignée (1.322 millions km) et ici grossie environ 200 fois, Saturne. Pour les corps célestes aussi lointains, le télescope doit être motorisé pour se caler avec une extrême précision sur la rotation de la terre. L’appareil photo reflex, dont l’objectif est ôté est tout simplement adapté au télescope, qui devient son objectif. La motorisation, qui se traduira par un mouvement de quelques millimètres permettra des pauses d’exposition suffisantes pour capter le faible rayonnement de lumière. © Erwan LE BERRE

Captée avec un téléscope non transportable, la nébuleuse de la constellation d'Orion est la reine des nuits d'hiver pour notre hémisphère. Elle est une véritable pouponnière d'étoiles et de planètes qui naissent "en direct" sous l'œil de l'astronome. Ou plutôt avec un "léger différé" de 1.300 ans puisque cette constellation est située à environ 1.300 années-lumière. © Erwan LE BERRE

L’annuaire du site internet du SNAM vous permet d’identifier les professionnels recensés et spécialisés en astronomie (recherche par activités/ spécificités puis critère « astronomie »). Ils vous transmettront leur savoir tout au long de l’année, au-delà de la période dite de la « Nuit des Etoiles » au début du mois d'août.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE