vertige-acrophobie-peur-vide-randonnee-header

7 astuces pour vaincre l'acrophobie en randonnée

(8) 3
Déposer un commentaire

Votre coeur a-t-il déjà battu la chamade alors que vous vous apprêtiez à traverser un pont de singe ou à longer une paroi rocheuse avec vue sur une pente abrupte ? Si se sentiment de panique ne vous est pas étranger vous êtes peut-être sujet à l’acrophobie : la peur du vide. Voici 7 astuces pour dompter cette peur et randonner plus sereinement.

Attention : ces conseils ne remplacent pas l'avis d'un spécialiste des phobies. Nous vous encourageons à consulter si votre peur du vide vous handicape trop lors de vos randonnées.

 

acrophobie-peur-du-vide-randonnee-vertige-montagne

 

Distinguer vertige et peur du vide

Mais d’abord, de quoi parle-t-on vraiment ? De vertige ou de peur du vide ? On utilise le terme vertige de manière générale alors qu’il s’agit d’un phénomène physiologique. Les personnes souffrant de vertige sont en fait incommodées par l’écart entre les signaux envoyés par leur vue et leur oreille interne (qui gère l’équilibre). Pour faire simple, si vous vous tenez debout dans une cage de verre en hauteur, vos yeux vous disent que vous êtes dans le vide, alors que vos pieds vous disent que vous touchez bien la “terre ferme”.
Si vous êtes sujet au vertige, consultez un ORL pour déceler une quelconque atteinte de l’oreille interne.

La peur du vide, ou acrophobie, est quant à elle une phobie réelle. Comme toute phobie, elle touche l’irrationnelle et est assez délicate, mais pas impossible, à régler. Voici donc nos astuces pour que vos randonnées ne se transforment pas en cauchemar.

 

acrophobie-peur-du-vide-randonnee-vertige-panorama-photo

 

#1 Échanger avec d’autres randonneurs

N’ayez pas peur d’en parler, vous rencontrerez plus de personnes partageant votre peur que vous ne le pensez. Personne ne vous jugera, cette peur ne fait pas de vous un moins bon randonneur ! Vous aurez peut-être la chance de rencontrer des personnes ayant surmonté l’acrophobie. Elles pourront alors partager leurs expériences et vous soutenir. C’est une bonne raison pour rencontrer d’autres randonneurs !

 

#2 Avoir confiance en soi et en son matériel

Il n’y a pas de mauvais outils, que de mauvais artisans. Vous pouvez cependant compter sur un petit effet placebo venant de votre matériel. Investissez dans des chaussures dans lesquelles vous avez confiance, des bâtons résistants et un sac à dos qui n’entrave pas vos mouvements ou ne vous déséquilibre pas. Pour mettre toutes les chances de votre côté, découvrez ici comment bien répartir la charge de votre sac à dos mais également comment bien le régler ici pour vous sentir en sécurité et plus apte à faire face à votre peur.

 

#3 Quantifier et rationaliser

Essayez si possible d’identifier ce qui déclenche cette peur. Est-ce plus les pentes ? Les ponts ? Quelles sont, chez vous, les situations précises qui déclenchent le syndrôme des jambes en coton ? Essayez ensuite de placer votre peur sur une échelle de 1 à 10. Cela vous permettra de rationaliser et de prendre un peu de distance avec la situation pour reprendre votre calme. Si vous n’êtes pas acrophobique sévère, demandez-vous dans chaque situation quel est le risque que vous percevez et le risque réel. Relativisez et prenez en main votre peur dans des situations précises.

 

acrophobie-peur-du-vide-randonnee-vertige-batons

 

#4 Faire face à sa peur pas à pas

Vous pouvez vous faire accompagner dans votre démarche. Des thérapies existent spécifiquement pour ce genre de phobie. Les plus connues sont les thérapies cognitivo-comportementales (TCC). Le principe est simple : graduellement faire face à sa peur pour reprendre le contrôle et dompter ses pensées.
Cela ne signifie pas que vous devez faire le grand saut tout de suite. Prenez votre temps. Les premières étapes, pour les plus phobiques, consisteront à penser au vide tout en restant serein.

 

#5 Réapprendre à respirer

L’anxiété alimente en grande partie la peur du vide. Il existe des techniques de respiration très simples et pourtant très efficaces pour vous aider à reprendre contenance et à traverser ce passage difficile qui vous sépare du sommet. La méditation, la sophrologie ou encore des exercices de respiration issus du yoga, comme ceux très bien expliqués dan cet article ici par nos amis yogis chez Domyos, peuvent vous aider à réduire votre stress au quotidien et aussi en randonnée. Pendant votre marche, faites attention à ne pas hyperventiler (respirer très rapidement) et ralentissez votre respiration en inspirant profondément avec le ventre.

 

acrophobie-peur-du-vide-randonnee-vertige-rocher-accroupi

 

#6 Ne pas regarder en bas

Vous l’avez déjà sûrement entendu : ne regardez jamais vers le bas. Le vide vous “aspirera”, ce qui ne fera qu’accentuer votre peur. Si vous vous retrouvez face au vide pendant votre randonnée sans pouvoir faire demi-tour, fixez plutôt un point fixe au loin. N’oubliez pas de bien lever les pieds et de tester les terrains instables pour éviter de glisser ou de tomber.

 

#7 Ne pas avoir peur du ridicule

Dans les situations les plus effrayantes, oubliez votre ego et avancez à quatre pattes si besoin. Un instant de ridicule vaut mieux qu’une crise sévère suivie d’une longue glissade. Vous pouvez vous aider de la paroi ou encore de branches en ayant bien vérifié leur résistance au préalable. Evitez de vous raccrocher à votre voisin qui pourrait perdre l’équilibre et vous entraîner tous les deux dans sa chute !

N’hésitez pas à utiliser des bâtons pour vous assurez dans des pentes un peu abruptes. Découvrez comment bien les régler dans notre article ici.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour vaincre la peur du vide ? Partagez-les dans les commentaires !

 

 

produit-tshirt-randonnee-quechua-femme   produit-sac-a-dos-randonnee-quechua-air-40-litre produit-tshirt-randonnee-quechua 

Agathe
Responsable relation clients
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
Rédiger un avis
Commentaires

désolé mais ces pseudos conseils n apportent rien ou très peu et notamment on frise l'exploitation commerciale s agissant du matériel c'est une faute déontologique grave

quant a recommander de s accrocher a des racines.....

bref ... c 'est pas bon

on ne peut pas traiter en 7 conseils une situation que meme des professionnels connaissent a l occasion

desolé


Bonjour Alain,


Merci pour votre commentaire. L'acrophobie est en effet une phobie importante et handicapante. Ces conseils s'appliquent à donner des pistes aux randonneurs mais ne remplacent pas l'avis d'un spécialiste. Nous vous encourageons d'ailleurs à en consulter un qui pourra ensuite appliquer la thérapie la plus proche des besoins de chacun.

Vous avez raison pour les racines. Dans tous les cas, toujours vérifier la solidité de n'importe quel objet auquel se tenir.


Bonne randonnée !


lors d'une attaque d'acrophobie, en parler à quelqu'un et lui demander de vous sécuriser (tenir la main, tenir un pied... et fermer les yeux puis les rouvrir après avoir respiré calmement er profondément pour regarder un point de paysage en face de soi que ce quelqu'un aura décrit


HAUT DE PAGE