SOSPEL-MENTON : UNE VUE À COUPER LE SOUFFLE - 08/08/19

Fanny & Aban, Ambassadeurs Randonnée Montagne
portrait ambassadeurs fanny et alban randonnee montagne quechua decathlon

 

"Dimanche matin 9h. Au lendemain d’une soirée festive, j’ouvre les yeux difficilement. Fanny est déjà sous la douche, et je me souviens de notre promesse : “Demain, Sospel-Menton, 1400m de dénivelé, 7h de marche et une vue à couper le souffle sur la Méditerranée”. Je me lève en sursaut, ouvre mon sac à dos et y engouffre 3 litres d’eau, 2 oranges et un plaid; on achètera 2 sandwichs sur le chemin qui nous mène à la gare.

 

Nous sommes au milieu de l'été, il fait beau et le thermomètre affiche déjà 25 degrés. On finit de se préparer : short, t-shirt et chaussures, nous sommes équipés comme des pros pour la rando. Et bien sûr, nous emportons le cabas que nous avons pris l’habitude d’emmener avec nous pour ramasser les déchets qu’on rencontre malheureusement sur notre chemin. Un geste anodin qui nous rend fiers à chaque fois : « rendre à la nature sa beauté naturelle ».

 

Le train part dans 15 minutes et nous courons  pour l’attraper. Entre rires nerveux, fatigue et excitation de la découverte, nous rejoignons l’arrière pays niçois à bord d’un train des années 80. « Notre train va entrer en gare de Sospel » (à lire avec la voix de la sncf !). Après 45min de trajet, nous voilà au pied du Parc National du Mercantour.

 

Let’s go ! La première ascension est raide. Sur la voie gallo-romaine, je suis surpris par la pérennité des structures d’antan. Fanny a une passion pour les fleurs qui parfois nous ralentis. En terme de couleurs nous sommes servis : du violet, du jaune, du blanc, les premières prairies vivent et respirent comme à leur origine. La cime qui nous sépare de l’Italie m’impressionne par son immensité. Des parois infranchissables d’une centaine de mètres dominent la forêt que l’on s’apprête à traverser. 

 

Après 3 heures de marche pendant lesquelles nous avons ramassé les déchets sur notre chemin, nous nous rapprochons du point culminant. Les chèvres et les arbres se font plus rares. Enfin, à 1200m, la récompense : une vue à couper le souffle sur la Baie de Menton, le port de Monaco à l’Est, St Jean Cap Ferrat et le Cap d’Antibes jusqu’au domaine de l’Esterelle à l’Ouest. On aperçoit au Nord les cimes encore enneigées du haut Mercantour et au Sud la Méditerranée à perte de vue.                                                                                                                                                                                                       

Nous étalons le plaid à l’ombre d’un olivier : pique-nique et sieste sont de mise. 

 

La descente est longue et sinueuse jusqu’à Menton, mais ses belles plages nous offrent un bain de relaxation inévitable. Nous courons une dernière fois pour attraper le train et rentrer à la maison. La journée courte et longue à la fois nous aura permis de respirer, quitter la ville avant de reprendre la vie normale et le retour au bureau. La prochaine fois, on prendra la tente pour partir dès le samedi soir :)"

photo alban et fanny ambassadeurs randonnee montagne quechua
photo alban et fanny ambassadeurs randonnee montagne quechua
photo alban et fanny ambassadeurs randonnee montagne quechua
retourner sur le blog randonnee montagne quechua decathlon
HAUT DE PAGE